Numéro 35 - Septembre/Octobre 2013
Numéro : 35
Période : septembre/octobre 2013
Au Sommaire...

Actualité médicale
La vitamine K                                                          
Dernières avancées scientifiques sur la vitamine D     

Thérapie intégrative
"La Danse-Rituel-Thérapie" 

Interview

Revivre sensoriellement un stress post-traumatique chronique

Médecine intégrative

DU de pathologie neuro-fonctionnelles et médecine intégrative

Chronique

Le désir du désir     

DOSSIER : TRAVAIL ET SANTÉ

Connaître
L’appendicite : sujet d’actualité ? 
L’appendicite chronique        

Pathologies neurofonctionnelles
Candida albicans, jeûne, complément calcique     

Art & émotion
Pour Clémence de Charles Belmont                    
Un millier de petits points dans une toile...     

À lire

Votre santé : des moyens simples qui fonctionnent

 Lire l'édito

Les insuffisances de la prévention par le Dr Philippe Tournesac

La Société Française de Santé Publique (SFSP) et l’Association Des Epidémiologistes de Langue Française (ADELF) organisent du 17 au 19 octobre 2013 à Bordeaux un congrès sur "santé publique et prévention". Je ne résiste pas au plaisir de vous faire lire deux extraits de la présentation générale de ce congrès.
« Rapports après rapports, dans notre pays comme dans beaucoup d’autres, le constat est toujours le même : celui d’une insuffisance de l’effort collectif consacré à la prévention. Ceci est d’autant plus préjudiciable que les inégalités de santé se creusent alors qu’une partie d’entre elles renvoie à des causes évitables par le déploiement d’une politique de santé publique le long de trois axes : l’environnement physique et humain, les comportements individuels et collectifs, le système de santé. »
« Dans le domaine de la prévention, la nécessité largement admise, est de mettre en place des interventions d’efficacité prouvée. Pourtant, en France, les acteurs et les décideurs utilisent peu les données issues de la recherche. Les raisons en sont multiples : ces données leur sont parfois difficilement accessibles et ne leur semblent pas toujours pertinentes ou opérationnelles, les chercheurs n’appuient pas toujours leurs questions de recherche et leurs projets sur les besoins et les réalités des acteurs, les données recueillies par les acteurs – pourtant très nombreuses − servent rarement à produire de la connaissance ; les collaborations entre chercheurs et acteurs existent trop rarement pour générer des données probantes contextualisées à la France. »
Ce texte souligne le défaut de la prévention, la non prise en charge de l’environnement et des comportements humains, le déficit de liens entre la médecine et les chercheurs, et la non utilisation de pratiques dont l’efficacité a été démontrée. Ces éléments sont inclus dans les principes fondateurs de la médecine intégrative. En favorisant l’accessibilité à des données issues de la recherche et des informations sur les différentes pratiques médicales et psychologiques, notre magazine tente de contribuer à la santé et à la prévention.
Si pour le soin à court terme des pathologies aiguës, la médecine actuelle a démontré son efficacité, elle a aussi démontré son incompétence pour la prise en charge des maladies chroniques. La médecine intégrative propose des véritables voies thérapeutiques et de recherche pour ces pathologies, il reste à les généraliser.
Je souhaite donc une grande réussite à ce congrès et aux associations.
Plus de renseignements sur http://adelf-sfsp-2013.sciencesconf.org/

Numéro 35 - Septembre/Octobre 2013 4,80 €
Numéro 35 - Septembre/Octobre 2013 3,60 €