Numéro 17- Septembre/Octobre 2010
Numéro : 17
Période : Septembre/Octobre 2010
Au Sommaire...

Actualité médicale
Plus de calcium : dangereux ou sans intérêt ?
Grippe
Apprendre grâce aux lymphocytes T
Autisme, magnésium et vitamine B6
Un test pour l’inflammation intestinale 

Thérapie intégrative
La juste place de la spiritualité en psychothérapie

Connaître
La naturopathie 

Chronique
Comment construire la confiance en soi 

DOSSIER : LES OREILLES

Médecine intégrative
Auriculothérapie et acupuncture
Cures médicales : puiser tous les bienfaits de l’eau 

Interview
Martine Laval : N’écoutez pas votre cerveau ! 

Actualité fibromyalgie
L’union peut faire la force
Fibromyalgie : traiter la somnolence
Preuve de la perturbation de l’axe HSS 

À lire
Les accords toltèques 

Art & émotion
Coup de projecteur sur le son au cinéma 

Recettes
Exemples de plat-condiment

 Lire l'édito

Croyance et réalité par le Dr Philippe Tournesac

Monsieur M. souffre d’une douleur lombaire et du membre inférieur droit, il pense à une sciatique. Une visite chez son acupuncteur lui permet de soulager presque immédiatement sa douleur. Dans son esprit, le nerf comprimé quelques instants plus tôt par sa colonne lombaire, est enfin libéré. Vraiment, quel médecin extraordinaire, capable de soulager une sciatique dans un temps aussi bref ! La compression du nerf sciatique n’était en fait qu’une illusion, la douleur provenait d’un ligament sacro-iliaque (articulation entre le sacrum et l’os iliaque au niveau du bassin). Les douleurs provenant de cette région irradient dans le membre inférieur à l’instar des sciatiques. L’acupuncture en vient souvent rapidement à bout.

La médecine intégrative se doit de réduire les croyances. Elle intègre les connaissances médicales les plus modernes avec les techniques de soins traditionnelles ou différentes, dans la mesure où elles apportent réellement un soulagement. Il ne s’agit plus de croire que cela peut faire du bien, mais que la réalité du résultat soit au rendez-vous. Le diagnostic doit être aussi précis que possible et le traitement adapté à la pathologie comme au patient. Dans le domaine médical, il existe encore beaucoup à découvrir. Il importe de différencier la réalité des croyances. Les croyances sont dangereuses si elles ne sont pas identifiées, car elles débouchent sur des confusions et des erreurs diagnostiques et thérapeutiques.

Le problème de la réalité est qu’elle est souvent différente d’une personne à l’autre. S’agit-il de la réalité perçue, qui dépend de nos sens et de notre état interne, ou de la réalité telle qu’aucun d’entre nous ne pourra un jour l’appréhender ? La réalité pour un individu qui souffre est sa souffrance. Cela ne signifie pas pour autant qu’il existe une lésion locale. La personne peut le croire, en être absolument convaincue alors qu’il s’agit d’une construction de son cerveau.

Certains veulent contrôler la médecine en tentant d’imposer leurs croyances. Lorsque l’on écoute le discours des associations et commissions antisectes, on s’aperçoit que les croyances et le sectarisme ne sont pas que l’apanage de ceux que l’on accuse mais aussi de beaucoup qui prétendent lutter contre elles.

La médecine intégrative ne naît pas d’une croyance mais du constat d’une réalité quotidienne et scientifique. Depuis longtemps, les patients associent les traitements. Au-delà des croyances, ils constatent chaque jour le bénéfice immédiat et au long cours de cette association. Par ailleurs, il existe maintenant de nombreuses études scientifiques démontrant le bienfait de la micronutrition, de la phytothérapie, de l’acupuncture, des nouvelles psychothérapies et de nombreuses autres approches thérapeutiques non médicamenteuses. La réalité de leur efficacité, comme de celle des médicaments, n’est plus discutée que par certains dinosaures ancrés dans leurs croyances.

Numéro 17- Septembre/Octobre 2010 4,50 €
Numéro 17- Septembre/Octobre 2010 3,50 €